Inondation : Maman, l’eau monte!

Limiter les répercussions d’un événement traumatisant

Des désastres naturels tels que les tornades, les tremblements de terre, les ouragans, les inondations, les feux ou des actes de violence peuvent être très effrayants pour un adulte et encore plus pour un enfant.
Certains en seront affectés et verront naître en eux des peurs terribles en eux alors qu’ils ne les voient qu’à la télévision, que ce soit dans un documentaire ou aux nouvelles du soir.

Alors lorsqu’ils vivent un tel événement, d’une grande force créé par la nature, ils peuvent être très affectés et il faut comprendre que cette expérience peut avoir des répercussions importantes et devenir un événement traumatisant pour eux.

On ne peut pas empêcher de tels événements de se produire ou d’arriver. Nos enfants n’en vivront peut-être ou peut-être pas. Que ce soit de fortes inondations qui ont causé des pertes et des dégâts suite à des pluies torrentielles ou la fonte des neiges. Ou encore, vivre une tornade lors de vacances en famille dans le Sud et demeurer barricader dans un endroit inconnu le temps que celle-ci passe. Le traumatisme peut venir d’un événement qu’ils vivent dans leur propre foyer, leur propre environnement, ou lors d’un déplacement.

Alors comment pouvons-nous les aider à vivre cet événement et limiter les traumatismes et leurs répercussions ?

La première étape est d’être d’une bonne écoute.

Votre enfant doit pouvoir parler de ce qu’il a vu ou vécu. De l’extérioriser et aussi d’exprimer ce qu’il ressent face à cet événement traumatisant. Si votre enfant a de la difficulté à s’exprimer, vous pouvez l’aider à l’exprimer à l’aide d’un dessin par exemple. Il est juste important de ne pas le taire lorsqu’il souhaite en parler. L’empêcher de s’exprimer laissera cette peur ancrer en lui et la nourrira.

Dans cette étape, vous pourrez donc ;
  • Répondre à ses questions, à un niveau qu’il comprendra.
  • Répondre en toute honnêteté. N’essayez pas d’inventer des réponses. Vous pouvez aussi les chercher ensemble sur internet.
  • Ne donnez pas plus de détails que ce que demande votre enfant. Ceci signifierait un surplus d’information pour lui à gérer.
  • Ne forcez pas votre enfant à parler, suivez sa progression, et démontrez simplement que vous êtes à son écoute.

Ensuite,

il faut s’assurer de fournir un encadrement où votre enfant se sentira calme et en sécurité. Il ne faut pas oublier la puissance que nos mots ont sur nos enfants. Ainsi, juste une pression de nos doigts sur sa main quand on la tient et lui dire : « Tout va bien aller. » Il est important que les deux parents transmettent les mêmes émotions et le même message.

Vous devez vous-même démontrer que vous êtes calme et ne tentez pas de cacher vos propres peurs et anxiétés face à cet événement traumatisant. Si vous éprouvez vous-même de la frayeur, ou un doute, il faut que vous l’exprimiez à votre enfant. Ce dernier vous connaît et il saura si vous lui mentez. Admettez votre peur, mais que vous savez que tout ira bien.

Les enfants imitent et répètent nos gestes et nos actions. Ils apprennent en nous regardant. Il est donc important de demeurer fort et serein et de garder le contrôle de vos doutes et vos inquiétudes.

Ici vous pourriez :
  • Montrez qu’il est normal d’avoir plein de sentiments variés et contradictoires, tels que d’avoir peur et d’être impressionné.
  • N’hésitez pas à donner du réconfort, plein de câlins et d’affection.
  • Conserver la routine au quotidien de la famille, car ceci établit un cadre rassurant.
  • Éviter de toujours revenir sur la liste des pertes suite à l’événement. Ceci n’amplifiera que davantage la force de ce désastre.

Surtout,

prenez le temps d’expliquer les chances que de tels événements, ou catastrophes naturelles ne se produisent. N’hésitez pas à faire appel à un soutien si vous sentez que votre enfant développe une peur ou une anxiété que vous sentez hors norme et grandissante. Soyez à l’écoute des signes qu’il vous donne afin de pouvoir lui donner le meilleur soutien possible.

Pour prendre rendez-vous avec nous : info@les2fillesdunord.com

Votre commentaire