Infidèle, moi?

Partie 2

« Et puis Simone, comment a été ta soirée de filles pour la fête à ta chum Mel? » Me demande mon chum.

« Euh! C’était bien! » J’ose pas le regarder, je laisse mes yeux rivés sur ma tasse de café que je brasse frénétiquement tout d’un coup.

« Ben raconte! Qu’est-ce que vous avez fait?, T’es rentré tard! »

« Bah! On est allé souper, puis on est sorti dans un show de Drag-queens dans le quartier gai. C’était cool! »

Chéri, je t’ai trompé!

Toujours incapable de lever les yeux vers mon chum, comme si ma soirée de débauche sexuelle était écrite au fond de mes pupilles.

« Oh! T’as dut te faire cruiser par des lesbiennes! »

Je manque de m’étouffer avec ma gorgée de café que je crache à moitié sur le comptoir. Ça y est, il le sait, c’est clair! Il l’a deviné. C’est comme s’il m’avait tricoté et je dois transpirer la honte et le sexe interdit. Il rit. Pourquoi il rit? Il devrait plutôt me demander le divorce sur le champ, m’envoyer promener et me traiter de sale trainée…

« Han? Pourquoi tu dis ça, ça pas rapport! »

« Relaxe Simone, je niaise! Mais à voir ta réaction, je ne dois pas être trop loin de la réalité, pas vrai? »

Bravo la grande! Là c’est vrai, tu t’es mise la main dans le tordeur toute seule.

ASSUME!

« C’est vrai, je me suis faite cruiser par une fille et je sais pas trop comment s’est arrivé, mais nous nous sommes embrassées… »

Simone, ta yeule!!!!!!! Tu es pas capable de mentir pour une fois dans ta vie? Mon chum me regarde d’un air excité et me balance : « Ah ouin! Coooool ! ». T’es sérieux? Je viens de t’annoncer que je t’ai trompé et toi tu me réponds COOL ? Là je le regarde avec des couteaux dans les yeux.

« Ben quoi Simone, c’est excitant! Deux femmes ensemble, c’est le fantasme de tous les hommes! »

« Non mais tu comprends pas là, je l’ai pas juste embrassé de même juste parce que j’étais chaude ou juste pour le kick. Je l’ai comme vraiment embrassé, pis… », j’arrête net de parler.

« Pis quoi Simone? » me demande Chéri.

Ouin, pis quoi Simone? Qu’est-ce que ça t’a fait de l’embrasser cette fille-là? Pourquoi tu over-reacte de même? C’est vrai, c’est peut-être pas la fin du monde… Mais non. C’est la fin de MON monde tel que je le connaissais. Moi qui vivait ma petite vie d’hétéro bien tranquille, mari-enfants-boulot, tout ça vient de prendre une proportion bien mince face à cette nouvelle perspective.

Ayoye! J’en reviens pas! Ça voudrait dire que je suis peut-être bi? ou je ne sais pu trop quoi, je ne comprends plus rien avec le paquet de lettres et de chiffres qu’ils ont ajoutés pour désigner les catégories de la diversité sexuelle! On dirait une formule de chimie de secondaire 5!

« …Pis ben c’est ça! T’es pas supposé être content que je t’annonce ça! C’est quoi ton problème? », je vide le fond de mon café dans l’évier et je me dirige vers la salle de bain; seul endroit où je peux (en principe) être seule 2 minutes avec moi-même. (Voilà l’un des avantages d’être belle-mère, t’es pas obligé d’accepter que tout le monde rentre dans la salle de bain au moment exact où tu fais pipi).

Ma tête tourne. Ça doit être les relents de ma brosse d’hier mêler au café bu beaucoup trop vite de ce matin. Ok Simone, réfléchi! Un, tu t’es fait ploter par une fille dans une toilette d’un bar gai. Deux, t’as visiblement aimé ça. Trois, t’es mariée! Quatre, ton chum est maintenant au courant et semble aimé ça lui aussi. Cinq, tu viens de réaliser que t’es pas contente du tout que ton chum aime ça et que … que six, tu réalises que tout ton être veut revoir cette fameuse Mia. Et merde!

J’attrape mon portable : « Allo Adèle, faut que j’te vois! … oui là-là! J’arrive! ». Je raccroche, je m’habille, je saute dans mon auto.

LGBTQIA+ … ça là…!

« Je te jure Adèle, je me comprends pu là… », « Arrête de rire, c’est pas drôle!!! ».

Adèle ricane de plus belle. Elle est encore en pyjama, ses filles sont stationnées devant les bonhommes à la télé et elle me prépare un 4e café.

« Franchement Simone, arrête de capoter avec ça! T’es pas virer lesbienne simplement parce que tu as roulé une pelle avec une autre fille. Pis tu vas encore moins te divorcer pour ça! Même ton mari trouve ça drôle! Y’a ben juste toi qui a l’air de t’en faire! ».

Bon, ça y est. Même ma meilleure amie trouve que j’exagère et ne comprend pas le désespoir que je peux vivre. À vrai dire, je ne suis pas certaine moi-même de le comprendre. Chose sûre, c’est que je DOIS aller valider ça. C’est décidé, je vais rappeler cette Mia.

Votre commentaire