Bye-bye 2019, enfin!

Professionnelle à l’aube de la quarantaine, aimant les soupers entre amies, le yoga et le vin rouge. Divorcée, pas d’enfants.

On dirait une annonce cheap de rencontre en ligne. Simple, plate, mais tristement réaliste. C’est ça qui est ça. J’espère au moins avoir autre chose à dire sur moi, sinon ça serait vraiment pathétique mon affaire!

Ouin, vous avez bien lu, Divorcée! Depuis presqu’un an déjà. Personne l’a vu venir ça l’air. Avec du recul, un peu peut-être. En tout cas, je pense… En fait, je peux pas nier que notre relation battait un peu de l’aile parfois, mais j’ai encore du mal à me faire à l’idée que c’était sans issue.

Mais bon, quand j’entends le monde me dire qu’on a toujours le choix dans vie, ben bullshit, j’en n’ai pas eu une miette de choix dans ce divorce-là. « Chérie, j’te quitte pis c’est ça! ». « Euh! On peut tu en parler mettons, aller en thérapie, ché pas? ». Même pas! La décision était prise, unilatérale et sans équivoque. Deal with it ma belle!

SURPRISE !!

Le plus drôle, c’est que ma séparation est arrivé à peu près dans les mêmes temps que celle de ma sœur, dans des circonstances un peu trop semblables. À croire que c’est un pacte de beaux-frères, une mauvaise blague de gars caves! J’attends encore le « SURPRISE ! C’T’UNE JOKE SIMONE! ».

Mais après un an… je commence un peu à penser que ça n’arrivera pas. Quoi qu’il reste ma fête en janvier… c’est peut-être là que ça va se passer? Sérieux, j’y pète les dents s’il me fait ça!

Je sais, vous devez vous dire que je suis ben naïve… En dedans de moi, je le sais bien que ça n’a pas d’allure de rester accroché de même, mais mon cœur veut pas y croire. Ça fait trop mal. Tellement mal.

T’es forte! Tu vas t’en sortir!

« Mais t’es la personne la plus forte que je connaisse Simone, tu vas passer au travers! » Combien de fois je l’ai entendu celle-là. Ok, ça veut dire quoi ça? Que parce que je suis supposément « forte » que je n’ai pas de peine? Que je n’ai pas le goût de me saouler et de tout oublier l’espace d’un moment? Que je n’ai pas le goût de juste dormir jusqu’à ce que ça passe enfin?

Au moins ça m’a fait réaliser que j’étais bien entourée. J’ai eu du support de mes proches et de mes amies, c’est vrai, mais au bout d’une semaine, un mois… leur vie reprend son cours pis ben…, tranquillement ils oublient que ma vie, elle, est toujours toute aussi dévastée. Je ne leur en veux pas, je les comprends. En même temps, je ne saurais pas quoi leur dire de plus, yé parti, yé parti! C’est toute!

Là c’est les fêtes. À quoi bon monter le sapin, de toute façon, il est parti avec toutes les décos qui allaient dedans. J’ai même pas un appel des enfants pour un petit Joyeux Noël. Enfants pour lesquels je me suis investi pendant des années… et là, tout d’un coup, pouf! Je n’existe tout simplement plus. Encore un rappel du rôle de marde de la belle-mère. Whatch me, le prochain n’aura pas d’enfant, je ne vivrai pas ça deux fois!

Pfffff! Le prochain!? Ark! Je suis incapable de penser à cette éventualité encore. Peut-être que 2020 m’apportera une vague d’espoir… Pour l’instant, je dis bye-bye 2019 avec une série Netflix et une bouteille de vin!

Vivement la nouvelle année à venir!
Chin-Chin!

PS: Désolée de terminer l’année sur cette note un peu dépressive. Ouin, c’est pas ma meilleure année. Mais hey! Savez-vous quoi? 2020 s’en vient et ça va ben aller! Vive la pensée positive! C’est ma TS qui m’a déjà dit ça (clin d’oeil).

Votre commentaire