Le courage d’être une belle-mère

Par Valéry Gauthier, TS-MF

 

La séparation est annoncée, le déménagement est fait, s’enchaine les tours de garde et la monoparentalité, la peine des enfants s’évapore tranquillement, une nouvelle routine s’installe petit à petit. Mais voilà qu’un nouvel élément vient encore tout chambouler dans leur vie, papa est amoureux! C’est qui, ELLE? Et bien, c’est votre nouvelle belle-mère…

Il faut savoir que les enfants ont le désir secret que leurs parents reviennent ensemble un jour, et ce, même après des années de séparation. Lorsqu’il y a un remariage, l’enfant est fâché, car son fantasme inavoué que ses parents reviennent ensemble est maintenant anéanti par la présence de la nouvelle conjointe du père.

De son côté, le père est souvent divisé dans sa loyauté envers ses enfants et l’amour pour sa nouvelle flamme. Tiraillé par la culpabilité d’avoir fait vivre une séparation à ses enfants et sa peur de perdre son droit de les voir; la discipline peut devenir un enfer à gérer. Impuissante, la belle-mère est laissé à elle-même avec un sentiment d’exclusion et d’abandon. Voilà son beau conte de fée chaviré en mélodrame de la méchante belle-mère.

Trouver sa place

Les pères, faites-vous confiance

Il est vrai qu’une séparation n’est jamais facile pour les enfants, mais vaut mieux parfois cela qu’à l’hypocrisie d’une relation de couple où les parents sont constamment en conflits ou distants. Les enfants s’adapteront, avec le temps, à leur nouvelle vie de famille à condition qu’un climat sain y règne. Alors, papas, si vous êtes convaincus que votre nouvelle flamme aura une bonne influence sur vos enfants, alors qu’il en soit ainsi. Assumez votre choix!

D’autre part, il ne faut pas s’attendre que votre nouvelle amoureuse devienne une mère pour vos enfants. Même si elle a déjà des enfants de son côté.  Ce n’est pas son rôle. Vos enfants ont une mère et vous êtes le père. Rien ni personne ne peux changer cela. Cela ne veut pas dire non plus qu’il faut totalement exclure votre nouvelle conjointe des décisions familiales. Au contraire, elle a assurément son mot à dire, elle fait maintenant partie de la composition de votre famille et partagera certaines responsabilités parentales avec vous. Alors se serait insultant de ne pas la considérer, vous êtes un couple,

Belles-mères, n’essayer pas d’en faire trop.

Vous serez assurément déçues de constater que les enfants, c’est ingrat et ils n’auront pas de pitié lorsque viendra le jour où ils vous rappelleront que vous n’êtes pas leur mère. Votre rôle n’est pas d’être leur amie, ni leur mère, même si vous en avez quelques tâches reléguées. Difficile de se positionner pas vrai? Tout à fait! C’est un réel défi et cela prend beaucoup de courage pour y arriver! Surtout si vous n’avez pas d’enfant vous-même et que vous vous retrouvé catapultée dans cette nouvelle réalité. Vous y arriverez! N’oubliez pas que vous avez choisi cet homme qui est votre amoureux et il vient avec des enfants. C’est un tout inclus!

Les mères! On se calme!

Je vous entends déjà bouillonner en lisant les lignes précédentes. Une belle-mère n’est pas une menace et elle n’est pas là pour prendre votre place. Il se peut que votre enfant vous parle d’ELLE et combien ils ont eu du plaisir avec ELLE. Oui, ça se peut. On fond, ce n’est pas ce que vous souhaiteriez pour vos enfants? Qu’ils soient heureux et de savoir que la personne qui s’occupent d’eux en votre absence soit gentille et sécurisante?

Il faut voir le rôle de la belle-mère comme celui d’une enseignante. Pourquoi se sentir menacée par l’amour que notre enfant porte à celle-ci, on l’aidera même à lui fabriquer une petite carte de souhaits à la fin d’année scolaire. Ok, c’est maintenant que vous prenez une grande respiration en vous disant : je suis zen (clin d’œil) ! D’ailleurs, on pourrait inverser tout cet article à la sauce des beaux-pères et c’est de votre amoureux que l’on parlerait. Et je suis certaine que vous choisirez aussi un homme digne de l’être! Mettez de l’indulgence (re-clin d’œil !).

Faites équipe!

Parents, beaux-parents, vous voilà maintenant dans une nouvelle galère et faites partie du même bateau. Celui de la coparentalité. Ramer chacun de son bord ne vous mènera nulle part, vous tournerez en rond et finirez par avoir le mal de mer. Vaut mieux vous faire à l’idée tout de suite et former une équipe. Les enfants en seront plus heureux et croyez-moi, vous aussi.

De parent à co-parent : des outils

Pour mieux vous outillez, une conférence sur la Coparentalité sera bientôt offerte! Restez à l’affût des prochains évènements à venir des Deux Filles du Nord!

Votre commentaire