Lettre à ma fille

Avant de partir…

À toi ma belle Adèle,

Je te donne cette lettre que j’aurais aimé que mon père m’écrive avant de mourir. Il est vrai, je dois partir. Mon père aussi, il est parti.  La vie amène la mort ma belle enfant. Un jour, tu comprendras, un jour tu accepteras. Mon corps me quitte rongé par la maladie…

Mais il est évident que je ne veux pas vous quitter. Ta mère, ta sœur, toi… J’en aurais pris encore, plus fort, plus longtemps. Il y a plus de 30 ans maintenant, je t’ai fait une promesse, celle de ne plus jamais te quitter.

Je t’ai appris à marcher, à manger, je t’ai bercé, fredonner tes chansons, nos chansons. Tu es devenu mon univers dès l’instant où je t’ai ouvert les bras. C’est la première fois que je réalisais qu’un bébé; ça sent bon. Je me suis réveillé, tous les matins dans l’espoir d’être le plus disponible à toi. J’ai ri, j’ai tellement ri à tes côtés. Tu m’as permis de devenir meilleur, au quotidien.

Aujourd’hui je dois faire une pause sur cette promesse. Je ne te quitterai pas longtemps. Juste le temps de vivre cette peine. Ce sera ta première peine que je vivrai loin de toi. Un père, ça ne veut pas faire pleurer ses enfants. C’est pour cette raison que je serai présent.

Tu ne me vois pas, tu es trop aveuglé par la colère. La mort amène la colère. J’ai oublié de te l’apprendre avant de partir. Sache toutefois, que lorsque cette colère s’apaisera, tu me retrouveras.

J’ai oublié aussi de te dire qu’il y a bien des choses qu’on ne contrôle pas.

La peine succède à la joie

Tu n’aurais pas de peine si tu n’avais pas aimé, tu ne pleurerais pas si tu n’étais pas attachée.

Vie mon amour, la peine te fera grandir. Aime, comme si tu n’avais jamais aimé. Continue à foncer, il n’a rien de trop beau. Ne t’attache pas aux mauvaises personnes. Laisse partir, ceux qui te blessent. Attache-toi à ceux qui t’aime. Donne. Donne, tu recevras toujours plus.

Quand je suis mort, regarde les gens présents à mes funérailles. Les églises vident sont pour les gens qui n’ont pas donné. Ne travaille pas trop, concentre-toi sur ta famille. La vie est là. Il ne te reste plus qu’à tendre les bras.

Mais tu dois me laisser partir. L’Humain doit laisser partir les gens qu’il aime. C’est tout simplement la vie. Tu me diras qu’elle est injuste, mais c’est la vie. Ne crois pas les gens qui te disent que tu ne dois pas avoir de regret. Le regret te protègera de ne plus refaire les mêmes erreurs. Crois en toi, les gens sont bons. Fais confiance. Tu seras récompensée.

Je dois partir. Mon corps se meurt. Rappelle-toi, que je suis là, tu es fait de la moitié de moi. Fermes tes yeux, je continuerai à te bercer d’où je serai.

Je t’aime au-delà de la mort,

Ton papa

Votre commentaire